Sous-traitance (décision et pilotage)

Optimiser les choix et le pilotage de la sous-traitance

La sous-traitance, qu'elle qu'en soit la forme, est particulièrement développée dans les activités de maintenance, en particulier en raison de la technicité des équiments à maintenir ou des moyens (techniques, humains) à maîtriser pour assurer la meilleure disponibilité au meilleur coût.

Contexte et enjeux

Pour variabiliser certaines charges ou pour pallier l’absence de compétences, il est fait appel à de la sous-traitance, qui peut aller jusqu’à l’externalisation complète avec contrat de disponibilité de type MCO global.

...lire la suite

Le niveau de profondeur de l’externalisation est un choix de nature stratégique pour la maintenance, et qui doit être fait en tenant compte plusieurs facteurs : économique, technique, sûreté de fonctionnement, gestion des effectifs et des compétences, et bien sûr la sensibilité / la criticité des équipements maintenus. Comme tout choix d'externalisation, la prise en compte du facteur pérennité des savoir-faire internes est également primordiale.

Des gains majeurs peuvent être obtenus. Ils impliquent cependant une réflexion sur les processus d’achat et de pilotage de la sous-traitance, à même de garantir l’efficacité et l'efficience de la maintenance sous-traitée.

En outre, des pratiques collaboratives doivent se mettre en place par exemple quand il s'agit de communiquer à son prestataire (travaux ou réparations) des prévisions d'activité de manière à lui permettre de mettre en oeuvre la réponse industrielle et logistique la plus adaptée.

Comment Argon Consulting peut vous aider ?

Argon Consulting accompagne ses clients dans :

  • L’analyse des activités de maintenance, et leur niveau de « candidature » à la sous-traitance, en fonction de plusieurs critères parmi lesquels : volumes coûts comparés internes et externes, caractère critique de la maîtrise des compétences en interne, disponibilité des ressources en interne ou en externe
  • La définition d’une cible de niveau de sous-traitance compatible avec les objectifs de l’entreprise : arbitrages faire ou faire-faire, existence de sous-traitants aptes à prendre de manière fiable et durable les marchés sous-traités, processus d’achat et de pilotage de la sous-traitance, caractéristiques du contrat et des engagements réciproques (forfait, régie, bordereau), clauses et critères de bonus/malus
  • La définition du « business case », qui permet d’objectiver les gains à attendre de la démarche
  • L’impact de la cible sur les processus et sur les besoins internes en compétences : en particulier sur le pilotage des travaux, la définition des travaux à réaliser (qui doit être suffisamment précise tant du point de vue technique que contractuel), le processus contractualisation / achat / réception des travaux
  • L’accompagnement de la mise en œuvre : participation à la rédaction d’un cahier des charges et des clauses fonctionnelles du contrat, coaching des fonctions achats et pilotage de la sous-traitance dans la mise en place des nouveaux processus
  • Le suivi des gains quantitatifs et qualitatifs, par la mise en place d’un tableau de bord d’évolution des performances par rapport aux objectifs attendus de la démarche
  • Le transfert des compétences vers les équipes clients

Études de cas

Une initiative de mise en place de l’ensemble des bonnes pratiques de maintenance.